Accueil arrow News arrow Autre resumé de sa carriere
Autre resumé de sa carriere Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Jerome   
18-09-2006

Vu sur le site :http://www.01men.com/editorial/324135/tennis/les-annees-agassi/

Les années Agassi
Alex Montana , 01men., le 01/09/2006 à 17h25

En vingt et un ans de carrière, plusieurs générations ont croisé le chemin d’Andre Agassi avant qu’il ne tire sa révérence à l’US Open. Tous s’accordent à dire qu’après 1141 matchs sur le circuit, « Dédé » est le plus grand. Voici pourquoi.
Pour son dernier US Open, André Agassi compte bien réussir sa sortie.
Agassi à ses débuts à Roland-Garros en 1988 : short en jean, cuissard fluo et cheveux décolorés.
Agassi avec sa seconde femme, Steffi Graf, le couple vainqueur de Roland-Garros en 1989.

Un homme à part au boss office

Fin des années 80 : grunge, flashy, irrespectueux, il portait le short en jean avec une crinière de lion, vociférant parfois de telles obscénités qu'il fut disqualifié lors de deux épreuves (Indianapolis en 1996, San José en 1999). Sans compter qu'il cracha sur les pieds d'un arbitre australien à l'US Open en 1990, le traitant de « fils de p... ». Barbu, hirsute ou looké comme un pirate, il avait souvent le blues, des tentations suicidaires, des dépressions au long cours donnant à sa carrière une dimension pathétique.

Voir la pub Nike au début des années 90, ou Agassi comme icône publicitaire. :
http://www.youtube.com/watch?v=Z726znyzHKI


Cet énergumène, pourtant, inspire aujourd'hui le respect unanime de tous ses pairs. Ses conférences de divin chauve sont des prêches, ses mots écoutés comme la bonne parole distillée par le plus sage du circuit. « A chaque fois qu'il parle, c'est le Père Noël, synthétise Fabrice Santoro. C'est bourré de cadeaux pour tout le monde car les choses qu'il dit sont hyperintéressantes. Il s'est ouvert aux autres et il est devenu le meilleur exemple du tennis. » Surmontant ses vices, ses tracas et ses blessures, Andre Agassi est devenu la référence ultime par sa connaissance du jeu et sa générosité discrète.

Grand frère ou mentor, il éblouit grâce à un charisme jusqu'alors sans concurrence sur la planète tennis. C'est en cela qu'il est grand. « J'ai appris que relever des défis était un plaisir », justifiera-t-il pour expliquer cette sidérante métamorphose à l'origine de sa légende.

Un palmarès à tiroirs

L'ex « Kid de Las Vegas » ouvre son compteur en Grand Chelem de manière totalement incongrue en remportant Wimbledon en 1992, sur une surface censée le moins convenir à son jeu ; il ajoutera de manière plus rationnelle l'US Open 94 à son tableau d'honneur. Alors qu'il refusait le lointain voyage aux antipodes, il accepte enfin de se rendre en Australie et... gagne l'Open d'Australie lors d'une saison 1995 au cours de laquelle il accédera une première fois au rang de numéro un mondial.

Voir la victoire d'Agassi à l'US Open en 1994, contre Michaël Stich:
http://www.youtube.com/watch?v=gW833N6x8pg


Voilà pour les débuts de la gloire, avant la dégringolade (mal-être amoureux avec l'actrice Brooke Shield, poignet en souffrance, etc.) qui le déposera en 1997 au 141 e rang mondial. Redevenu humble au point de sillonner des tournois challengers - ces épreuves de seconde catégorie -, il est... à nouveau numéro un mondial moins de deux ans plus tard ! De juin 1999 à février 2003, il ajoute cinq titres du Grand Chelem à son palmarès, plus en trois ans et demi que lors des treize premières années de sa carrière.

De toutes ces récompenses, la plus belle reste sans conteste pour lui le trophée de Roland-Garros en 1999. Parce qu'en signant cet exploit sur la terre rouge jamais domptée par Sampras, Connors, Becker, Edberg, McEnroe ou Federer, Andre Agassi devient le cinquième joueur de l'histoire du jeu (avec Budge, Laver, Emerson et Perry), et le seul de l'ère moderne, à avoir gagné les quatres titres du Grand Chelem.

Tel un phénix renaissant de ses cendres, il échappa souvent de peu à la retraite. A 32 ans, il remporte encore pour la première fois le tournoi de Masters Series sur terre battue à Rome en 2002. Contraint à des injections de cortisone dans son dos en compote, il tutoie encore l'extase l'an dernier à l'US Open en parvenant en finale face à Federer. Même s'il fut numéro un mondial pendant « seulement » 101 semaines (soit le sixième plus long règne depuis 1973), même si le nombre de ses titres de Grand Chelem (8) reste éloigné du record de Pete Sampras (14), Agassi a défié les règles de la longévité : sur ses vingt-et-une années de présence, il a fini à seize reprises la saison dans le top 10, une performance qu'il ne partage qu'avec Jimmy Connors.

Voir le tie-break du siècle, demi-finale Sampras/Agassi à l'Open d'Australie 2000.
http://www.dailymotion.com/visited/search/agassi/video/xfj6_y-a-des-tie-breaks-quon-noublie-pas


Un jeu de ping-pong

Longtemps catalogué comme un simple cogneur inlassable à l'oeil vif formaté à l'école Bollettieri, Andre Agassi héritera de la vision du jeu de Brad Gilbert et de la connaissance stratégique des adversaires de Darren Cahill pour devenir un imparable frappeur intelligent.

Personnifiant la révolution matérielle des raquettes composites dont il fut l'un des pionniers, il utilisa à plein les possibilités de cette innovation. Son timing et le bruit que fait la balle dans sa raquette impressionnèrent tous ses condisciples. « Un bruit qui a quelque chose d'inhumain, racontera le Belge Olivier Rochus. Parfois, on fait une balle qui atterrit à 2 cm de la ligne de fond. Il ne bouge pas de sa ligne, et paf ! Il te la renvoie presque en demi-volée avec un centrage parfait et une puissance fabuleuse... »

Paradoxalement, il est plus fort physiquement dans sa trentaine avancée qu'il ne l'avait été à 25 ans, « sculpté » par son préparateur physique Gil Reyes. Il faut dire que la fille de ce dernier, gravement accidentée, lui avait donné une grande leçon de courage face aux aléas de la vie.

Voir Agassi et Federer sur le court le plus haut du monde, à Dubaï:
http://www.youtube.com/watch?v=gVvswr4q0is

Champion, la romance !

Cherchez la femme pour être grand. Pour Agassi, elle s'appelle Steffi Graf, elle aussi championne légendaire dans un couple grandi par les exploits et le scénario quasi hollywoodien de leur rencontre. En 1999, l'Américain et l'Allemande avaient gagné leurs finales respectives de Roland-Garros avec une telle intensité qu'ils y virent chacun un signe pour unir leur destin. Depuis, Andre Agassi ne cesse de répéter tous les bienfaits apportés par sa conseillère si spéciale (et si discrète) à domicile. Depuis, Jaden Gil et Jaz Elle ont rejoint le foyer. « Et je n'ai jamais eu autant de pression que quand je coupe les ongles de ma petite fille, explique le papa. Finie, l'époque où je ne supportais pas de perdre ! » Jolie conclusion.

Voir Andy Roddick qui se moque d'André Agassi à l'US Open 2004:
http://www.youtube.com/watch?v=xQcw5mr-noU

Dernière mise à jour : ( 18-09-2006 )
 
< Précédent   Suivant >